Accueil

- Fabrication de ruches Dadant / Warré / Langstroth, ruchettes, hausses, nourrisseurs etc... en pin douglas provenant de Franche-Comté.

 

- Vente d'équipements, cadres et accessoires pour l'apiculture.


- Location de matériel pour extraire le miel, extracteur 9 cadres, bac à désoperculer etc... 

 

- Consulter le guide pour débuter en apiculture.

 

- Pour des commandes spécifiques me contacter.

Les causes de mortalité des abeilles

25 novembre 2016

Les causes de mortalité des abeilles

Les conclusions 2015 du dispositif officiel de suivi des troubles d’abeilles par les services du ministère de l’Agriculture sont claires et sans ambigüité: ce sont bien des facteurs sanitaires et nutritionnels qui expliquent les mortalités d’abeilles. On peut hiérarchiser les facteurs par importance : 1- Pathologies 2- Pratiques apicoles 3- Manque de ressources alimentaires et 4- Produits phytosanitaires.

En matière de santé du cheptel apicole, l’analyse du bilan annuel des enquêtes menées par les services de l’État est riche d’enseignements. Ces enquêtes font suite aux signalements de mortalités aiguës de colonies. En 2015, ce sont 195 alertes dans 52 départements qui ont été enregistrées, ce qui représente une forte hausse des signalements par rapport aux années précédentes et donc implique une plus grande fiabilité et représentativité des problèmes rencontrés sur le terrain par les apiculteurs.

 

Le varroa, ennemi numéro 1 des abeilles

 

Près de 4 enquêtes sur 10 ont conclu à la responsabilité certaine de pathologies expliquant ainsi les mortalités observées. C’est essentiellement l’insuffisance, voire l’absence complète, de lutte contre le varroa qui explique cette situation. «Eu égard au profil de varroa et son rôle dans l’affaiblissement du système immunitaire de l’abeille ainsi que son rôle de vecteur d’autres agents pathogènes, notamment les virus, ce constat récurrent est alarmant et invite à des actions concrètes et rapides de la part des apiculteurs», selon Fayçal Meziani, référent expert national Apiculture, pathologie des abeilles à la DGAL (Direction générale de l’alimentation, ministère de l’Agriculture).

 

Les mauvaises pratiques apicoles au banc des accusés

 

Il n’est pas très politiquement correct d’évoquer la qualité des pratiques apicoles. Si, fort heureusement, une large majorité d’apiculteurs gèrent avec soin et attention leur cheptel apicole, force est de constater que les mauvaises pratiques perdurent. Selon l’expert de la DGAL, il s’agit en effet d’un autre constat récurrent. Et loin d’être marginal, il explique environ 1 cas de mortalité sur 7 (14 %).

 

 

Concrètement, il s’agit de lutte contre le varroa avec des produits acarides non homologués ou des «remèdes de grand-mère faits maison», de mauvaises préparations de l’hivernage, de couvain refroidi, de pénurie alimentaire et dépopulation en sortie d’hiver...

 

Pour Fayçal Meziani, «ces pratiques engendrent des mortalités élevées constatées au sein des colonies visitées».

 

Lire la suite ici :


oise-agricole.reussir.fr

Comment les abeilles choisissent-elles le pollen ? Une abeille menacée par les apiculteurs ?