Fermeture définitive de l'établissement fin 2022

Accueil

DESTOCKAGE TOTAL AVANT FERMETURE

1 2 3 4 5 6 7 8

Découverte d'un acarien responsable de la mort des abeilles

02/12/2015

Découverte d'un acarien responsable de la mort des abeilles

Ce petit monstre d'un millimètre se nomme "varroa destructor". Il est, à l'échelle mondiale, responsable de la mort de 30 % des abeilles. Il pénètre dans les ruches, s'y multiplie et se nourrit de leur sang.

L'équipe d'Yves Leconte vient de découvrir comment le petit acarien réussit à tromper l'attention des gardiennes, postées à l'entrée de la ruche.

 

Lire la suite ici :


www.francetvinfo.fr

Découverte de tessons de poteries tachés de cire d'abeille datant de 9 000 ans

02/12/2015

Découverte de tessons de poteries tachés de cire d'abeille datant de 9 000 ans

Voilà 9 000 ans, nos ancêtres appréciaient déjà le miel. On pouvait s'en douter, mais la preuve matérielle vient d'en être trouvée sous la forme de traces de cire d'abeille sur des tessons de poteries du Proche-Orient. « La cire d'abeille possède une signature chimique extrêmement caractéristique et stable dans le temps », explique au téléphone Martine Regert, chimiste et préhistorienne au Cépam de Sophia Antipolis qui vient de cosigner un article dans la revue Nature. Avec Richer Evershed et Mélanie Roffet-Salque de l'université de Bristol, elle a entrepris d'étudier les analyses pratiquées sur plusieurs milliers de tessons de poteries provenant d'Europe et du Proche-Orient. Et, effectivement, la signature de la cire a été retrouvée sur plusieurs centaines de tessons. Et d'en tirer la conclusion que « l'étroite association entre l'abeille et les communautés agricoles du néolithique remonte certainement à l'aube de l'agriculture ». Après tout, le défrichage de la forêt pour créer des champs a favorisé l'extension des plantes à fleurs et par conséquent celle des abeilles.

 

Lire la suite ici :


www.lepoint.fr

Les rendements des ruches en baisse depuis 2010

28/11/2015

Les rendements des ruches en baisse depuis 2010

Le rendement des ruches s’est établi à 13 kg/ruche mise en hivernage. Il monte à 16 kg/ruche s’il n’est considéré que les ruches mises en production. FranceAgriMer indique que le rendement augmente avec le nombre de ruches détenu par l’apiculteur. Les exploitations possédant moins de 10 ruches affichent un rendement de 9,9 kg/ruche en hivernage contre 15,9 kg/ruche en hivernage pour les apiculteurs possédant plus de 450 ruches.

 

Le rendement évolue également en fonction des miellées. Le miel de lavande affiche un rendement de 12,19 kg/ruche contre 5,82 kg/par ruche pour le miel d’acacia. Certaines cultures ont subi des circonstances particulières en 2014. La production de miel de châtaignier a été touchée par les attaques de Cynips sur cet arbre. Concernant le tournesol, les apiculteurs constatent que les variétés cultivées sont moins mellifères.

 

Lire la suite ici :


http://www.lafranceagricole.fr/

L'apiculture française à la croisée des chemins

28/11/2015

 L'apiculture française à la croisée des chemins

Devant une soixantaine de personnes réunies au lycée agricole de Châteauroux, lundi matin, le Syndicat des apiculteurs du Centre et du Berry s'est penché sur l'année écoulée. La structure compte 130 adhérents environ, « pour 8.800 ruches, un nombre qui a énormément diminué en quinze ans », constate son président, Jean-Michel Prompt. « Nous en avions 17.000 », renchérit Didier Kerner, apiculteur. « Nous étions à 5 % de mortalité annuelle des abeilles ; elle est aujourd'hui de 30 % en moyenne et peut monter jusqu'à 50 % parfois. On a un problème avec les mâles qui sont moins féconds. Je pense que ça vient de la pollution, des particules fines, des substances chimiques. »

 

Lire la suite ici :


www.lanouvellerepublique.fr

Abeilles: neuf millénaires d'utilisation des produits de la ruche

28/11/2015

Abeilles: neuf millénaires d'utilisation des produits de la ruche

Une équipe internationale a recherché les signatures chimiques de cire d'abeille, extrêmement caractéristiques et stables dans le temps, dans plusieurs milliers de poteries archéologiques et a fourni les premiers indices de distribution de cette espèce pour une vaste aire géographique, du Proche-Orient à la façade atlantique européenne et de l'Afrique du nord à l'Europe du nord. D'un point de vue chronologique, les chercheurs ont également mis en évidence une exploitation systématique des produits de la ruche (miel, propolis et cire) depuis neuf millénaires.

 

Lire la suite ici :


www.techno-science.net

Canicule : les abeilles se lèchent les babines, les apiculteurs aussi

28/11/2015

Canicule : les abeilles se lèchent les babines, les apiculteurs aussi

Ni les abeilles, ni les apiculteurs n'aiment la pluie. Cet été, ils sont servis.
La chaleur de cet été fait le bonheur des abeilles et des apiculteurs. Et le nôtre par conséquent...
La récolte 2015 pourrait être une année exceptionnelle, tant en quantité qu'en qualité. Exemple chez un apiculteur du Haut-Doubs, à Aubonne...

 

Lire la suite ici :


france3-regions.francetvinfo.fr

Les abeilles françaises ont plus butiné en 2015

23/11/2015

Les abeilles françaises ont plus butiné en 2015

La sensibilisation de l'opinion publique pour sauver les abeilles commencerait-elle à porter ses fruits? En fort déclin depuis 20 ans, la production de miel en France est en progression d'au moins 33% cette année. Tombée à environ 10.000 tonnes en 2014, elle devrait être comprise «entre 15 et 17.000 tonnes en 2015», constate l'Union nationale de l'apiculture française (Unaf). Après trois années catastrophiques, les apiculteurs retrouvent cette année le sourire avec une «production moyenne relativement correcte». Par variété, «les récoltes de miel de colza, de romarin, d'acacia, de chataignier ainsi que de lavande ont été bonnes mais celle de thym quasiment inexistante et celle de tournesol médiocre».

«Il s'agit d'une année exceptionnelle, la meilleure récolte de la décennie», poursuit Thierry Dufresne, président de l'OFA (Observatoire français d'apidologie). «Les conditions climatiques avec un fort ensoleillement ont permis plusieurs floraisons, avec moins d'orages qui ont lessivé les plantes et davantage de nectar dans les fleurs attirant plus d'abeilles», ajoute Paul Fert, chargé de communication à l'OFA.

 

Lire la suite ici :


http://www.lefigaro.fr/